Les légendes de l'ASEC Mimosas

C’est dans les années 1947-1948, qu’un groupe d’employés de commerce et de fonctionnaires, tous passionnés de football, crée l’ASEC MIMOSAS.
Ils sont originaires du Dahomey (Bénin), de Haute Volta (Burkina Faso), de Côte d’Ivoire, du Ghana, du Togo, du Sénégal, du Liban et de France.
Ils ont une idée simple et généreuse: que les enfants s’amusent… en jouant au football, ainsi l’ont voulu les pères fondateurs .
Les légendes de l'ASEC Mimosas
Période Nom et Prénoms Commentaire
1948-1950 KOUAMELAN Joseph
1950-1951 SEHO Tronnou Dossevi Alfred
1951-1953 DOGBO Lucien
1953-1954 LOGON François
1954-1956 BOAH Louis
1956-1958 VAQUIER puis Me François OUEGNIN
1958-1960 Me OUEGNIN François
1960-1964 M’BAHIA Blé Kouadio
1964-1969 KAMANO Kata François
1969 -1970 KOUYATE Mamadou
1970-1975 COULIBALY Lanzeni Namogo Poto
1975-1977 Me DERVAIN Emile
1977-1979 BEGNANA Bogui
1979-1980 TOURE Mamadou
1980-1981 EKRA Victor
1981-1983 ANDOH Claude
1983-1987 TOURE Mamadou puis Présidium avec pour porte parole Jean-Jacques BECHIO
1987-1989 AHOUA Kangah Michel
Depuis le 19/11/1989 Me OUEGNIN Roger Maurice Désiré

Le club jaune et noir a connu plus d’une vingtaine d’entraîneurs de SEHO Tronnou à Julien CHEVALIER.

Période Nom et Prénoms Commentaire
1947-1950 SEHO Tronnou Dossevi Alfred
1950-1953 KOFFI Domingo
1954-1959 FABRE Guy Entraîneur-joueur
1960-1962 TOURE Bakary
1962-1965 KOFFI Faustin Entraîneur-joueur
1966-1969 WOGNIN Ignace
1969-1970 SOKOURY André
1970-1971 GABO Gérard
1971-1972 Orlando .
1972-1975 ANZIAN Jean-Baptiste
1975-1976 KONAN Yoboué
1976-1978 WOGNIN Ignace
1978-1979 VINC Bernard puis KONAN Yoboué
1979-1980 FABRE Guy puis KONAN Yoboué
1980-81 à 1984 Assane . puis Oscar FULLONE
1984-1986 GABO Gérard
1986-1987 TRAORE Idrissa dit Saboteur puis N’GUESSAN Clément
1987-1989 GAROT Phillipe
1990-1992 TROUSSIER Phillipe
1992-1993 MANGLE Eustache dit Le Lion
1993-1994 ROESSLI Charles Albert
1994-1995 ZARE Mamadou
1995-1996 KONAN Yoboué
1996-1998 FULLONE Luis Oscar Remporte la Ligue des Champions de la CAF – 1998
1998-1999 GUILLOU Jean Marc Manager Général
1999-2001 DECASTEL Michel
2001-2002 TRAORE Idrissa dit Saboteur
2002-2003 AKA Kouamé
2003 – 2009 LIEWIG Patrick
2009 – 2010 GOUAMENE Maxime
2010-2012 DESABRE Sébastien
2012-2014 TRAORE Siaka dit GIGI
2014-2015 GOUAMENE Alain
2015-2016 BROU Assoumou Jean-marie
2016-2017 TRAORE Siaka dit GIGI Remporte le 25e Titre de Champion de la Côte d’ivoire – 2017
2017-2019 YAO Amani Remporte le 26e Titre de Champion de la Côte d’ivoire – 2018
Depuis Juin 2019 Julien CHEVALIER Remporte le 27 et 28e Titre de Champion de la Côte d’ivoire – 2021 - 2022

Le club a connu une pléiade de joueurs qui ont marqué son histoire.

WOGNIN Ignace WOGNIN Ignace

DOSSOU Théo DOSSOU Théo

MANGLE Eustache MANGLE Eustache

« Le Lion »

YOBOUE Konan YOBOUE Konan

« Le Pelé Ivoirien »

POKOU Laurent POKOU Laurent

« L’homme d’Asmara »

KEITA Jean KEITA Jean

« L’inégalable »

FOFANA Youssouf FOFANA Youssouf

« Le Diamant Noir »

KOUADIO Lucien Kassy KOUADIO Lucien Kassy

TRAORE Abdoulaye TRAORE Abdoulaye

CELI Gadji CELI Gadji

Originaire de Sète (France), ancien employé chez Jean Abil Gal, joueur de l’Olympique Club d’Abidjan (OCA), Guy FABRE est devenu le premier véritable entraîneur de l’ASEC Mimosas, en 1954. La philosophie de jeu qu’il imposa alors caractérise encore l’ASEC d’aujourd’hui.

Arrivé à l’ASEC Mimosas à l’intersaison 1953-1954, grâce à Ignace WOGNIN, AKOUATE Benjamin, ANOH Pierre, ACHI Ernest, quatre jeunes joueurs Mimos de l’époque qui l’ont introduit auprès de leurs dirigeants, Guy FABRE est devenu, en très peu de temps, l’entraîneur emblématique de l’ASEC Mimosas.# Celui qui a contribué à créer la légende “Les enfants s’amusent”. Parce que pour Guy FABRE, la simplicité du jeu et la justesse des choix des joueurs est la base de la réussite en football. Il s’était appliqué tout de suite à enseigner les B-A-BA de ce sport à ses joueurs. Il les a aidés à améliorer leurs qualités techniques et le tour était joué. L’ASEC Mimosas, avec ses adolescents de l’époque, devient une formation au jeu très plaisant et efficace. Dès sa première saison comme entraîneur de l’ASEC Mimosas en 1954, Guy FABRE termine le championnat national sans aucune défaite. Ne concédant que deux matches nuls à ses adversaires. La même année, l’ASEC dispute la finale de la Coupe de l’AOF qu’elle perd malheureusement sur un score lourd (7-0), à Dakar, face à l’US Gorée. Deux ans plus tard, en 1956, toujours sous l’encadrement de Guy-la-science comme on l’appelait, l’ASEC Mimosas parvient encore en finale de la Coupe de l’AOF qu’elle perd 3-0 face à la Jeanne d’Arc de Bamako. En 1958, l’ASEC dispute sa troisième finale de la Coupe de l’AOF. Mais la poisse qu’elle a connue au début est toujours là. Les Mimosas perdent encore face à leurs éternels rivaux des Aiglons de l’Africa Sports (0-5).

Mais chaque fois, tout le monde tombait sous le charme des joueurs du mythique coach, Guy FABRE. Cet homme était très respecté par ses joueurs, ses dirigeants et les supporters mimosas. Pour les premiers, il était à la fois l’entraîneur rigoureux, autoritaire, mais ouvert et compréhensif. Il était aussi le « petit papa » qui les aidait financièrement, qui payait même la scolarité de certains joueurs. Pour les seconds, il était un excellent entraîneur qui répondait à leurs attentes. Un technicien compétent et qui avait du caractère. Pour les derniers, les supporters de l’ASEC Mimosas, il était Guy-la-science. A voir le beau jeu de son équipe, le football n’avait pas de secret pour cet homme.

Malheureusement, après les indépendances, Guy FABRE ne resta pas longtemps à la tête de “son“ ASEC Mimosas. Par la force des choses, il s’exila au Cameroun, puis au Burkina Faso, puis au Cameroun. Il revient en Côte d’Ivoire en 1979 et se voit confier les rênes de l’ASEC Mimosas. Malheureusement, miné par la maladie, il meurt en cours de saison. La boucle est bouclée. FABRE est revenu mourir auprès de l’ASEC Mimosas, le club de son cœur et en Côte d’Ivoire, ce pays qui lui a donné du bonheur et qu’il a tant aimé. Guy FABRE, le mythique entraîneur de l’ASEC Mimosas ne pouvait pas rêver à meilleure fin.
K. Ismaël

Totalement inconnu à son arrivée à l’ASEC Mimosas, Philippe Bernard TROUSSIER est parvenu à redorer le jeu des Jaune et Noir pour s’imposer finalement comme une véritable légende dans la mémoire collective, en Côte d’Ivoire.

Philippe TROUSSIER le reconnait. « C’est à l’ASEC que ma carrière d’entraîneur de football a pris une dimension internationale. Si je suis ce que je suis, aujourd’hui, c’est grâce à l’ASEC Mimosas », nous avait-il confié, dans une interview, en 2007, à Casablanca. De décembre 1989 à décembre 1992, Philippe Bernard TROUSSIER, devenu Philippe Oumar TROUSSIER après sa conversion à l’Islam, il y a quelques années, au Maroc, a permis à l’ASEC de se bâtir un beau palmarès et s’est lui-même fait une renommée à la tête de l’encadrement technique des Mimos. Trois titres de champion de Côte d’Ivoire (1990, 1991 et 1992), une Coupe FHB (1990), une Coupe nationale (1990), une Coupe de l’Union des Fédérations Ouest-Africaines (UFOA), en 1990, une demi-finaliste de la Coupe d’Afrique des clubs des champions (1992) et un record de trois saisons (74 matches) sans défaite encore inégalé depuis vingt ans dans le championnat national de première division de football.

TROUSSIER est considéré comme l’entraîneur qui a révolutionné le football ivoirien dans les années 1990. Malgré ses méthodes jugées parfois difficiles à supporter, il était parvenu à faire de l’ASEC Mimosas la meilleure équipe ivoirienne et l’une des plus redoutées sur le continent. A telle enseigne qu’il fut surnommé « le Sorcier blanc ». Tellement la métamorphose de l’ASEC Mimosas, une équipe qui n’avait pratiquement rien gagné au cours de la décennie 1980, était remarquable et impressionnante. Sous TROUSSIER, l’ASEC gagnait avec panache. Les Actionnaires étaient presque toujours heureux et se bousculaient au stade pour voir jouer leur équipe.

Malheureusement, aucun trophée de la CAF n’est venu récompenser le beau travail du « Sorcier blanc » qui, il est vrai, avait eu la fortune de travailler dans un environnement très professionnel construit par Me Roger OUEGNIN, le PCA de l’ASEC Mimosas, mais aussi d’avoir à sa disposition des joueurs de grands talent tels KONATE Losséni, GADJI Céli, AKA Kouamé, IROHA Ben, TRAORE Abdoulaye dit Ben Badi, KASSY Kouadio Lucien, ABOUO Sam, ZARE Mamadou, FALLET Villasco et autres. Ce fut le bémol. Après l’ASEC Mimosas, TROUSSIER devint le sélectionneur des Eléphants, en 1993. Puis il s’occupera, tour à tour, des Kaizer Chiefs de Johannesburg (1994), du FUS de Rabat (1995-1997) des Supers Eagles du Nigeria (1997), des Etalons du Burkina Faso (1998) du Japon (1998-2002) avec lequel il remporta la CAN d’Asie, du Quatar (2003-2004) de l’Olympique de Marseille (Novembre 2004- mai 2005), des Lions de l’Atlas (2005) et depuis 2008, il est le manager de FC Ryùkyù, une équipe japonaise. Aujourd’hui encore, l’ère Philippe TROUSSIER, à l’ASEC Mimosas, marque les esprits de tous ceux qui l’ont vécue.

Joueur, puis entraîneur de l’ASEC Mimosas, ZARE Mamadou a marqué à jamais la vie du club en devenant le premier entraîneur local à qualifier l’ASEC Mimosas à une finale de la Coupe d’Afrique des clubs champions

La particularité de ZARE Mamadou, c’est son amour inénarrable pour l’ASEC Mimosas.# Au point qu’il a effectué toute sa carrière de joueur dans ce club, depuis les minimes jusqu’en équipe senior. Après s’être reconverti au métier d’entraîneur de football, il s’est occupé un moment du centre de formation avec lequel il a remporté le championnat national des juniors avant de s’occuper de l’équipe professionnelle en 1995. Cette année-là, ZARE et l’ASEC Mimosas raflent tout en Côte d’Ivoire (Coupe FHB, Championnat national, Coupe nationale, Coupe de la Fédération). Malheureusement, ils perdent (0-1) la finale de la C1, la première de l’histoire du club, à Abidjan, face à Orlando Pirates d’Afrique du Sud, alors que les Mimosas avaient tenu en échec (2-2) les Boucaniers Sud-africains, à l’aller, à Johannesburg. Un surdoué au jeu sobre

Arrivé à l’ASEC Mimosas, en 1973, avec les N’DIAYE Aboubacar, Bakary KONE, Youssouf FOFANA et bien d’autres, ZARE Mamadou, qui n’avait que 11 ans, affûte ses armes dans les différentes catégories de jeunes du club, pendant huit ans. C’est en 1981 que Luis Oscar FULLONE Arce, l’un des entraîneurs emblématiques du club, le lance dans le grand bain de l’élite du football national. ZARE saisit la perche et ne la lâche plus. Joueur de caractère, mais aussi caractériel, il est fougueux, ambitieux et n’aime pas les défaites. Combatif, polyvalent, technique, intelligent, buteur imprévisible, ZARE devient le joueur clé de l’ASEC Mimosas pendant 10 ans (1981-1991) et celui de toutes les solutions pour ses différents entraîneurs. Tantôt milieu, tantôt attaquant, puis défenseur axial vers la fin de sa carrière,ZARE Mamadou est un surdoué, mais son jeu sobre, quoiqu’efficace, ne lui permet pas d’avoir une aura de star.

Un coup de maître Lorsqu’il met un terme à sa carrière, en 1991, ZARE Mamadou a 28 ans. Le Président Roger OUEGNIN, qui décèle en lui des qualités d’un bon technicien, lui confie l’encadrement technique des cadets et des juniors. En 1993, sous la houlette de ZARE Mamadou, les juniors de l’ASEC Mimosas remportent le championnat national de leur catégorie. L’année suivante, Me Roger OUEGNIN met ZARE Mamadou à la disposition du Sabé Sport de Bouna (D1 ivoirienne) pour l’aider à préparer ses armes d’entraîneur. Encore un temps d’apprentissage pour «Zébia » comme l’appellent ses proches. Puis, en 1995, Me Roger OUEGNIN, le patron de l’ASEC Mimosas, l’estime prêt à prendre en main l’encadrement technique des Mimos. Il le lui confie. Et pour un coup d’essai, ZARE Mamadou réussit un coup de maître. Avec lui, l’ASEC Mimosas fait une razzia au niveau national et échoue de peu en finale de C1 face à Orlando Pirates. La seconde saison de ZARE, en tant qu’entraîneur des Mimos, est peu reluisante. Seule la Coupe FHB tombe dans l’escarcelle du club. En 1996, ZARE entraîne le Stade d’Abidjan. En 1997, il devient l’entraîneur adjoint de Philippe TROUSSIER, dans l’encadrement technique des Etalons, la sélection nationale du Burkina Faso. Après la CAN 98 à l’issue de laquelle le Burkina Faso termine à la quatrième place, ZARE Mamadou revient au bercail et entraîne tour à tour, le Séwé Sport de San Pedro, Issia Wazi et Vallée Football Club de Bouaké avant de créer son centre de formation AZFC (Académie Zaré Football Club). Il meurt le jeudi 3 mai 2007, des suites d’une longue maladie, à l’âge de 45 ans.

Surnommé « El Profesor » par Me Roger OUEGNIN, le patron de l’ASEC Mimosas, l’entraîneur argentin, Luis Oscar FULLONE, a tellement aimé le club jaune et noir qu’il a fini par devenir le premier technicien à offrir le trophée d’une Ligue des champions aux Mimosas, en 1998.#

Né le 4 avril 1939, à La Plata (Argentine), Luis Oscar FULLONE Arce arrive en Côte d’Ivoire, en 1982, en provenance de Sion (Suisse) pour remplacer Hassan, un technicien tunisien qui entraînait l’ASEC Mimosas. Cette première expérience de l’Argentin, en Afrique, dure trois saisons (1982, 1983, 1984) pendant lesquelles, Oscar FULLONE et l’ASEC Mimosas ne remportent qu’une Coupe nationale et une Coupe FHB, en 1983. Maigre moisson pour ce club très populaire, mais dont l’inorganisation et l’instabilité de ses comités directeurs plombaient les performances.

Douze ans plus tard, en 1997, Me Roger OUEGNIN qui dirige l’ASEC Mimosas depuis sept ans, fait revenir Luis Oscar FULLONE pour lui confier à nouveau l’encadrement technique de son club. Les Mimosas viennent de sortir d’une saison presque blanche en 1996, avec seulement le trophée FHB. L’échec du club en finale de la C1, le samedi 16 décembre 1995, à Abidjan, face à Orlando Pirates d’Afrique du Sud, avait été durement ressenti dans la famille jaune et noir et expliquait, en partie, ce passage à vide. Très vite, Oscar FULLONE a le mérite de relancer la formation mimosas. Celle-ci redevient la locomotive du football ivoirien. Elle réalise le doublé (championnat-coupe), en 1997. L’année suivante, en 1998, Luis Oscar FULLONE conduit l’ASEC Mimosas à son premier sacre continental en Ligue des champions. Grâce à cette consécration, « El Profesor » entre au panthéon des entraîneurs de légende de l’ASEC Mimosas.

En 1999, lorsqu’il quitte l’ASEC Mimosas pour le Raja Club Athletic de Casablanca, Luis Oscar FULLONE remporte encore la Ligue des champions et la Super Coupe d’Afrique au début de 2000. En 2002, avec le WAC, il remporte l’avant-dernière édition de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe face à l’Asante Kotoko de Kumasi. Devenant ainsi l’un des entraîneurs les plus titrés du continent ayant gagné la C1, la C2 et la Supercoupe d’Afrique des clubs avec différents clubs.

Aujourd’hui entraîneur du Kénitra Athletic Club du Maroc où il vient de prolonger son contrat de trois ans, Oscar FULLONE a d’abord été joueur de football à Estudiantes LP, Independiente Medellin, Réal Oviedo et Aston Villa. Reconverti entraîneur de football à la fin de sa carrière, Luis Oscar FULLONEentraîna des clubs sud-américains et européens avant de venir connaître la gloire en Afrique. Ce continent qu’il aime tant et pour lequel il ne cesse de donner le meilleur de sa personne dans le domaine du football.

ODILON KOSSOUNOU ODILON KOSSOUNOU

BAYER LEVERKUSEN

KONTE KARIM KONTE KARIM

RB SALZBOURG

AKPAN CHRISTIAN AKPAN CHRISTIAN

KRC Genk

AZIZ OUATTARA AZIZ OUATTARA

KRC Genk

DIAKITE OUMAR DIAKITE OUMAR

RB SALZBOURG

ABDOUL ZANNE ABDOUL ZANNE

LOUDOUN UNITED FC

TRAORE BENIE ADAMA TRAORE BENIE ADAMA

B.K HÄCKEN

SALAOU ABONDANCE SALAOU ABONDANCE

IFK GÖTEBOUG

ADJOUMANI YANNICK ADJOUMANI YANNICK

B.K HÄCKEN

AMANE ROME AMANE ROME

B.K HÄCKEN

GAOUSSOU SAMAKE GAOUSSOU SAMAKE

D.C United

GHISLAIN KONAN GHISLAIN KONAN

AL-NASSR

ABDOUL FESSAL TAPSOBA ABDOUL FESSAL TAPSOBA

SATNDARD DE LIEGE